Formations continues

Montrer tout

Vous cherchez une sortie culturelle qui vous fasse vibrer ?

L'agenda culturel offre un nombre incroyable de propositions de sorties culturelle en Valais. De quoi rêver, découvrir, apprendre, ressentir, qu'on soit en famille, entre ami ou en solo.

Je cherche une sortie culturelle ...

À la une

ARTY SHOW - Sion

16 artistes du domaine des arts visuels dans 16 vitrines commerçantes de la vieille ville de Sion ...

En savoir plusEn savoir plus

Les actualités

19. septembre à 17:47

Publié par Culture Valais News

● FORMATION ● La Lucarne propose le 24.10.22 à Neuchâtel, une formation sur les serious games dans les institutions culturelles. Infos : https://bit.ly/3qRzbkC

19. septembre à 17:40

Publié par Culture Valais News

● FORMATION ● MAKE YOUR MIX ● L’atelier Helvetiarockt Music Lab DJing est l’occasion d’acquérir les bases de la programmation de sets de la main de DJ professionnelles·x. à Genève, Bâle ou Olten Infos : https://bit.ly/3xBNg9z

19. septembre à 16:01

Publié par Culture Valais News

● JOB ● L'état du Valais cherche son prochain directeur / sa prochaine directrice (80 %) de la Médiathèque Valais-Sion, directeur adjoint / directrice adjointe de la Médiathèque Valais, un poste rattaché auprès du Service de la culture. Infos dans le PDF ci-dessous. Délai de postulation : 30.09.22

Plus d'actualités

Comment serai-je reconnu en tant qu'acteur culturel professionnel ?

Cette fiche présente les critères généraux et spécifiques qui, pour différents secteurs, permettent de reconnaître une personne comme "acteur culturel professionnel". Un glossaire de termes techniques explique également l'utilisation d'expressions importantes.

Des questions ?

Les critères de professionnalisme

Contact

Culture Valais
Rue de Lausanne 45
CH-1950 Sion
+41 (0)27 606 45 69
info@culturevalais.ch

S'abonner à notre newsletter

Rapport d'activités

Céline Zufferey

Au sommet de l’Empire State Building

« Il faut bien commencer quelque part. » Pour la jeune écrivaine valaisanne Céline Zufferey comme pour tout autre auteur qui décide de faire des mots son métier, il faut bien commencer quelque part. Consciente de cette première étape qui en freine plus d’un, Céline Zufferey en a fait le titre de sa première nouvelle, un recueil écrit depuis le 63ème étage de l’Empire State Buidling à New York, imprimé à deux exemplaires (un pour sa mère, l’autre pour son père) et glissé sous le sapin l’année de ses 17 ans. Depuis l’enfance, plus exactement depuis l’école primaire, Céline Zufferey est habitée par l’envie de raconter des histoires.

Si les objets nous dévoilent, comme l’indique son premier roman « Sauver les meubles » publié aux Editions Gallimard, un regard, une posture nous dévoile tout autant. Céline Zufferey, originaire du village de Granges, se tient devant nous, l’attitude modeste ; elle porte un bel ensemble noir souple et ample, assorti à sa très longue chevelure qui rappelle ses origines asiatiques maternelles. Elle aime le rouge, surtout le rouge vif. Cette couleur est un peu à l’image de cette jeune femme qu’on trouve délicieusement déterminée et qu’elle utilise parfois, presque en jouant, pour maquiller et révéler ses lèvres. Sans trop se prendre au sérieux, elle en a fait un tampon avec lequel elle dédicace ses livres. Bons baisers de Céline.

Après la publication des deux nouvelles « Contorsions » et« L'Alliance », prix du jeune écrivain de langue française en 2014 et 2015, la rédaction de la nouvelle « New-York K.O. » publiée en 2016 aux Editions Paulette et un bachelor en littérature à l’Université de Fribourg, elle entame l’écriture d’un premier roman dans le cadre de son master à la Haute Ecole d'art de Berne. Il en résultera, après deux ans d’effort, un très bel ouvrage relatant l’histoire d’un photographe un peu perdu, contraint de prendre des meubles en photos pour un catalogue dont les gérants s’ingénient à nous vendre du rêve et des familles heureuses posés au milieu d’une cuisine bon marché. Ce livre s’appelle « Sauver les meubles » et la propulse, à tout juste 26 ans, au-devant des médias.

Un journaliste lui demande « Le personnage va se mettre à photographier pour un site pornographique. Vous allez très loin dans la sexualité… » et Céline Zufferey de répondre, avec ce rire léger qu’on lui connait, très intelligemment « Il y a des liens à faire entre la pornographie et le marketing je trouve. Ces sont des corps qu’on utilise pour vendre des choses. On retrouve autant de clichés dans le marketing que dans la pornographie finalement. » Son premier roman ne fait pas l’unanimité. Elle le sait, l’accepte et s’en sert pour se remettre en question et améliorer son style. Car ce qui l’intéresse avant tout, c’est le style. « Etre publiée chez Gallimard dans la collection blanche donne l’impression que j’ai une légitimité supérieure, mais je suis encore à bricoler, à chercher mon style. « Sauver les meubles » n’est pas un roman stylisé, mais j’ai réalisé un véritable travail sur le style. »

Parfois sur la réserve, un brin timide, Céline Zufferey préfère qu’on évoque son livre plutôt qu’on parle d’elle. Mais à force d’interviews et de plateaux télé, elle l’avoue en riant, elle y a pris goût. Profondément écrivaine, elle aime être seule et travailler à la maison ; il s’agit bien d’un métier, qu’on ne s’y trompe pas. Dès qu’elle imagine un nouveau personnage, elle s’empare de son bloc note, ferme la porte à clé de son appartement à Lyon et part à la rencontre des « vrais » gens. Elle adore ces témoignages et tant pis si les informations récoltées ne serviront pas pour cette histoire-là.

Très exigente, elle l’est aussi avec son écriture. Elle reprend un paragraphe ou une phrase jusqu’à ce qu’elle se dise « je trouve ça bon » comme s’il s’agissait d’un autre auteur. « Quand une phrase suffit pour un paragraphe, alors il n’y aura qu’une phrase. Je fais en sorte que chaque mot soit nécessaire. » Un écrivain, de l’avis de la jeune romancière, c’est 2% de talent. Le reste n’est que travail, et encore du travail. « Un livre, c’est comme construire un mur. Nous les écrivains, on est du côté avec le trou bouché, le bout de colle, les multiples couches de peinture. Le lecteur, lui, voit un mur bien carré, tout bien fait. »

Inspirée par Voltaire, Céline Zufferey reprend volontiers son propos : « Les livres les plus utiles sont ceux dont les lecteurs font eux-mêmes la moitié ». Aux lecteurs, l’auteure valaisanne offre un certain regard sur le monde contemporain, la jeunesse, les phénomènes de société, et utilise la force des mots pour exprimer, explorer ses visions. À chacun d’y lire et de saisir ensuite ce qui l’interpelle. On la trouve décidément très éveillée cette écrivaine aux longs cheveux noirs, désireuse de rester en contact avec le monde et consciente du poids qu’elle porte sur les épaules depuis le succès de son premier roman. Malgré la peur, son deuxième roman est en route.

Parution: août 2018
Texte: Sophie Michaud
Photos: © Diana Pfammater

Retour
Nos artistes valaisan-ne-s

Créativité - Passion - Engagement

Les portraits d'artiste de Culture Valais

Les arts de la scène, les arts visuels, le cinéma, la littérature ou la musique sont toute leur vie. Tous les deux mois, nous vous invitons à découvrir un ou une artiste ayant un lien avec le Valais, qu'il soit un jeune talent ou une personnalité reconnue.

Olivier Magarotto © Plateforme Culture Valais | Sebastian MagnaniOlivier Magarotto © Plateforme Culture Valais | Sebastian Magnani

Olivier Magarotto © Plateforme Culture Valais | Sebastian Magnani

Céline Ribordy | Culture ValaisCéline Ribordy | Culture Valais

Céline Ribordy | Culture Valais

Barbara Seiler © Diana Pfammatter Barbara Seiler © Diana Pfammatter

Barbara Seiler © Diana Pfammatter

Marielle Oggier, © Plattform Kultur Wallis / Sebastian MagnaniMarielle Oggier, © Plattform Kultur Wallis / Sebastian Magnani

Marielle Oggier, © Plattform Kultur Wallis / Sebastian Magnani

Photo: © Céline Ribordy / Culture Valais Photo: © Céline Ribordy / Culture Valais

Photo: © Céline Ribordy / Culture Valais

Tous les portraits d'artistes