Samuel Dématraz

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Samuel Dematraz ©Aline Fournier | Plateforme Culture Valais

Confronter les paysages

Le printemps s'invite sur la terrasse de Samuel Dématraz, réalisateur et vidéaste originaire de la Gruyère dans le canton de Fribourg, établi en Valais depuis ses études à l'ECAV. Un moment idéal pour partager un café au soleil, à Chalais, et de discuter de la démarche de l'artiste, quelques jours après la fin de son exposition L'inquiétude géographique chez Arts Pluriels, au Château de Réchy. A cette occasion, le Fonds cantonal d'art contemporain a acquis la vidéo Stevenson (2013, 43') réalisée dans l'appartement d'un curateur d'art à San Francisco. Samuel Dématraz se plie au jeu de notre questionnaire de Proust.

Côté privé

Quelle a été votre première pensée en vous levant, ce matin ?
Un café. Je suis un caféinomane.

Etant enfant, que rêviez-vous de devenir ?
Pilote de Formule 1.

Qu'êtes-vous devenu ?
Réalisateur, vidéaste.

Votre quotidien influence-t-il votre art ?
Bien sûr. J'ai la chance de voyager, de voir beaucoup de choses et de pouvoir communiquer avec les gens. Je travaille également sur des mandats plus alimentaires. Cela me permet de nourrir ma réflexion sur l'art vidéo. Dire que notre entourage ne nous influence pas serait difficile, par exemple, on vient de monter un chapiteau de cirque en face de ma maison et la confrontation avec les panneaux publicitaires du terrain de football m'interpelle, artistiquement parlant. On ne peut pas séparer ce que l'on vit de ce que l'on fait.

Le Valais vous a-t-il imprégné, en tant qu'artiste ?
Oui, clairement, pour des questions paysagères. En Valais, le paysage est très présent, c'est comme un tableau qui se dresse devant moi. L'horizon, ici, est vertical. J'aime les lumières et les saisons qui passent sur les montagnes. J'ai notamment pu travailler sur une confrontation entre un paysage aux Etats-Unis et en Valais, dans ma démarche vidéo. On ne peut pas ignorer le paysage. J'apprécie également les rapports simples entre les gens, qu'il est possible d'établir en Valais. J'assume complètement le côté excentré du Valais.

Quels sont les vers de poème que vous connaissez par coeur ?
"Et si tu ne respires pas, j'étouffe"
[Aragon, Elsa]

Dans la vie, il faut être heureux de ce qu'on fait, au moment où on le fait, que ce soit de faire un feu ou de créer une vidéo.

Êtes-vous un rêveur du jour ou de la nuit ?
Un rêveur du jour... La nuit, j'essaie de dormir ! Quand je me réveille après un rêve, je n'ai qu'une envie, c'est de me rendormir pour le terminer.

Pour quoi n'avez-vous jamais le temps ?
Pour faire ma déclaration d'impôt. Pour moi, l'administratif, c'est Pékin Express.

Si vous pouviez faire un voeu, quel serait-il ?
... D'être longtemps en bonne santé.

À quelle question auriez-vous voulu répondre ?
Quelle heure est-il ?

Quelle aurait été votre réponse ?
14h37

Côté professionnel

Profession
Réalisateur, vidéaste

Formation
Bachelor en Arts Visuels à l'ECAV

Mots-clés pour les professionnels de la culture
Art contemporain, vidéo, nouveaux médias, installation, numérique, recherche

Langue maternelle
Français

Autres langues
Allemand, Anglais

Année de naissance
1976

Email
samuel.dematraz@gmail.com
Site Internet : www.videohd.ch

Parution: mai 2013
Texte: Marlène Mauris
Photos: ©

Retour