Beatrice Berrut

Beatrice Berrut © Aline Fournier

Beatrice Berrut © Aline Fournier

Beatrice Berrut © Aline Fournier

Beatrice Berrut © Aline Fournier

Beatrice Berrut © Aline Fournier

Beatrice Berrut © Aline Fournier

Trio Saint Exupéry © Aline Fournier

Trio Saint Exupéry © Aline Fournier

Entre ciel et terre

Beatrice Berrut est née à Monthey en 1985 et commence le piano à l’âge de 9 ans. Ses études la mèneront au Conservatoire de Sion puis de Lausanne, avant d’être acceptée à la Fondation Heinrich Neuhaus de Zurich, sous l’égide de la renommée pianiste Esther Yellin. Depuis 2010 elle est diplômée de la Hochschule für Musik « Hanns Eisler » de Berlin, où elle a suivi durant cinq ans l’enseignement de Galina Iwanzowa. Cette même année, elle obtient la bourse pluriannuelle MusiquePro de l'Etat du Valais. Depuis 2012 elle fait un perfectionnement dans la classe de John O’Conor à Dublin. Passionnée d'aviation, elle prépare actuellement une licence de pilote privé.

Beatrice Berrut a pu bénéficier de belles rencontres musicales et retient trois personnes qui ont marqué son parcours : Itzhak Perlman, l'un des plus grands violonistes du 21ème siècle, avec lequel elle s’est produite dans le Quintette de Schumann en août 2011 aux Hamptons (NY). Le musicien israélo-américain, rencontré à New York, la touche  par son engagement musical et son immense générosité envers la jeunesse. Elle évoque également l'enseignement de sa professeure russe à Berlin, Galina Iwanzowa, dont elle dit qu'elle a construit tout son pianisme. Elle admire son dévouement pour ses élèves. Aujourd'hui, Beatrice Berrut est très heureuse de travailler avec John O'Conor, qu’elle trouve très inspirant.

La pianiste montheysanne était récemment en tournage à Paris pour l'émission Les Salons de Musique d'Arte Live Web, dont la diffusion est prévue pour le mois d’avril. Elle y joue des pièces solo, mais également de la musique de chambre avec ses complices du Trio Saint-Exupéry, la violoncelliste française Camille Thomas et le violoniste belge Lorenzo Gatto. Cet été Beatrice Berrut jouera deux concertos avec l'orchestre du festival des Variations musicales de Tannay (qui n’est autre que l’Orchestre de la Suisse Romande). 2014 sera l'année de ses premiers pas artistiques en Asie, puisqu'elle a été approchée par une agence qui est actuellement en train de planifier une tournée de récitals dans les plus grandes salles de Chine.


Si on retrouve l'artiste en concert le 1er mars à Sion, puis le 17 à Brigue, elle sera ensuite sur les routes, de Bruxelles à Bonn, en passant par Tel Aviv. Elle ne sera de retour en Valais pour un concert qu'en décembre, à la Fondation Gianadda de Martigny.

Contact

Email : contact@beatriceberrut.com
Lien vers le site Internet : www.beatriceberrut.com 
 

Les Salons de Musique : Beatrice Berrut invite Lorenzo Gatto et Camille Thomas

Chopin Sonata in b flat minor op.35 I.Grave - Doppio Movimento Beatrice Berrut

Onze questions, onze réponses

Quelle a été votre première pensée en vous levant, ce matin ?
J’ai pensé que j’avais hâte de me préparer pour aller faire une belle randonnée à ski.

Etant enfant, que rêviez-vous de devenir ?
J’ai passé par diverses étapes, mais très vite, l’idée de devenir pianiste concertiste s’est imposée dans mon esprit, et dès l’âge de douze ans, je ne rêvais que de ça.

Qu'êtes-vous devenue ?
J’ai eu la chance de pouvoir poursuivre mon rêve et aujourd’hui je peux vivre ma passion pleinement, et m’adonner au piano à longueur de journée.

Votre quotidien influence-t-il votre art ?
Mon quotidien et mon art ne font qu’un la plupart du temps, car je passe mes journées au piano. Il est cependant important de savoir prendre du recul par rapport à son art, car l’art se nourrit aussi d’expériences fortes de la vie. C’est ainsi que je m’adonne à d’autres activités aussi grisantes que la musique, telles l’aviation ou la randonnée à ski, et dans un tout autre registre, je me délecte de single malts écossais. Mes différents voyages m’ont permise de constituer une belle collection que je prends un plaisir tout particulier à contempler le soir, en imaginant les histoires énigmatiques que me raconte chaque bouteille. J’aime attribuer chacune d’elles à un compositeur distinct, et en fermant les yeux je me projette dans les mondes fantasmagoriques des différents malts comme je me projette dans les différents univers des compositeurs.

Le Valais vous a-t-il imprégnée, en tant qu'artiste ?
Le Valais imprègne profondément toute ma personne, je le porte avec moi dans tous mes déplacements à l’étranger, et lorsque mes séjours lointains se prolongent, l’image du Valais brille dans mon coeur comme une terre promise ! J’y suis extrêmement attachée, et ne me sens complètement bien qu’à proximité de ses montagnes.

Quels sont les vers de poème que vous connaissez par coeur ?
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos Amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine
Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Guillaume Apollinaire, Alcools, le plus beau recueil de poésie de tous les temps à mon goût.

Êtes-vous une rêveuse du jour ou de la nuit ?
Je suis une rêveuse de la nuit. J’aime le moment où elle s’est bien installée, et alors je prends mes quartiers dans la partie la plus palpitante de ma « journée », celle où plus personne ne peut m’atteindre, celle où le silence règne et où l’on entend plus que parfois un avion cargo résonner dans la Vallée du Rhône et qu’on le devine entre deux étoiles. Et c’est aussi le moment où je troque Brahms et Schumann contre Stevie Ray Vaughan ou Luther Allison.

Pour quoi n'avez-vous jamais le temps ?
Pour différentes tâches ménagères, pour écrire des cartes de vœux à Noël,…

Si vous pouviez faire un voeu, quel serait-il ?
De pouvoir un jour être aux commandes d’un 747 ! Totalement irréalisable, ce qui le rend particulièrement délicieux.

À quelle question auriez-vous voulu répondre ?
Votre questionnaire est tellement bien fait qu’il rend toute question supplémentaire superflue.

Côté professionnel

Profession
Pianiste concertiste

Formation
Hochschule für Musik Hanns Eisler de Berlin, Royal Irish Academy of Music

Mots-clés pour les professionnels de la culture
Pianiste concertiste classique

Langue maternelle
Français

Autres langues
Allemand, anglais, un peu d'hébreu et d'italien

Année de naissance
1985

Parution: mars 2013
Texte: Marlène Mauris
Photos: © Aline Fournier

Retour